Blog - Charles-Henry Bédué
Puzzle

      Fin de ma première exposition Cercle Vertueux.

      Je photographie la destruction de mes images.


   
  





      Détruire une image non destinée à la conservation est une formalité pour un musée, ils suivent un protocole.








      J'ai adoré durant deux mois ces images dans la totalité scénographiée qu'elles formaient, mais il y a un temps pour tout, 
et comme je n'aime pas m'embarrasser d'encombrantes idoles, j’ai signé pour leur destruction non sans hésitations,
car ça vaut quelque chose, une image; ça vaut déjà son cout de production. 

      Excitation mêlée de crainte à l'idée de faire une bêtise, de jeter l'argent par les fenêtres, ou au feu… au feu, comme ce puzzle incomplet 
qui me revient en mémoire:  

      Réalisé par mon frère, je le revois siéger avec sa pièce manquante dans le bureau de mes parents.
J'ai 10ans, et ce puzzle incomplet me nargue terriblement.

      Un soir de jour l'an, toute la famille est là. L'ambiance est électrique. 
Je vais, je viens, et cède enfin en passant au désir longtemps réprimé de détruire par le feu l'inutile objet inachevé.

      Dans la cheminée, il fait une belle flambée. 
Agitation, cris, flammes qui sortent de la souche, pluie de cendres incandescentes dans la nuit.
Le salon, puis toute la maison sont en voie d'y passer, heureusement, il y a les pompiers.

      On me cherche partout une fois le drame éteint, mais je ne suis plus là, je suis caché dans un placard et n'en sortirais pas.

      Mes images massacrées à mes pieds; ce puzzle incomplet qui part en fumé, sont des crimes perpétrés par un enfant qui joue;
par un fou qui perd le sens des réalités; par un homme qui s'en fout car il sait qu'en détruisant, il transforme, il créait.










Pensée

La seule chose que je possède

C'est la conviction que

Rien ne m'appartient

Pas même cette pensée 




Lecture

Mes Regards sont mûrs

et comme une fiancée

à chacun vient la chose qu'il veut


La Vie Monastique

R.M Rilke




Top